Archives du mot-clé Showtime

Twin peaks (saison 3)

Après 25 ans d’absence, « Twin Peaks » est de retour sur Showtime!

Une mystérieuse boite à surveiller à New York, un meurtre atroce dans le Dakota du Sud, l’agent Dale Cooper toujours piégé dans la loge noire, son double maléfique est un putain de badass… Bienvenue à Twin Peaks.

Difficile de mettre des mots sur ces deux premiers épisodes. On ne nous ménagent pas comme dans la première saison où l’étrange montait graduellement et entrons directement dans l’univers Lynchien. Si vous n’aviez pas vu la série originale, vous risquez d’être décontenancés, voir largués, mais les fans y trouveront leurs compte. Niveau réalisation, c’est comme si le temps n’avais pas de prise sur Twin Peaks, jusque dans les effets spéciaux un peu cheap. On sent tout de même que l’on est en 2017 (ou juste sur showtime) avec des scènes de sexe ou de cadavres plutôt crades. Les changement de lieux (Dakota, New York, Las Vegas…) pourront en dérouter certains, les premières saisons restant focalisées sur Twin Peaks, mais au final, tout cela forme un tout cohérent (du moins autant que la série puisse l’être ^^). Bref, notre attente est grandement récompensée et on en redemande.

Billions

Si vous arrivez à comprendre toutes les séries de chiffres que l’on voit défiler sur Bloomberg, vous allez aimer « Billions », diffusé depuis le 17 janvier sur Showtime.

Chuck Rhoades est procureur de la république, spécialisé dans le monde de la haute finance à New York et, fier d’être incorruptible, peut se vanter de n’avoir jamais perdu une affaire depuis qu’il est entré en fonction. Bobby Axelrod est un financier de génie, venu du peuple, qui a reconstruit seul son entreprise après les attentats du 11 septembre. Un jeu de bras de fer va opposer les deux hommes, Bobby narguant Chuck qui cherche la faille pour le faire tomber.

Fort heureusement, pour des gens qui comme moi n’y comprennent rien, le monde de Wall Street a été simplifié. Peut être même un peu trop. On s’amuse par moment à nous balancer des spéculations financières auxquelles on ne comprend rien, mais ce n’est vraiment pas l’élément central de la série au final. On se concentre bien évidement sur la présentation de nos deux personnages centraux dans ce premier épisodes avec leurs qualités et leurs défauts. Le personnage qui s’avère être le plus intéressant au final ne sont pas nos deux personnages centraux, mais celui de Wendy Rhoades, la femme de Chuck (et seul réel personnage féminin de la série) qui est également la coach/psy de Bobby Axelrod et qui va donc se trouver entre deux feux dans le combat que vont menner les deux hommes. Les autres personnages secondaires sont plutôt vides et ne servent qu’à mettre en valeur nos deux persos centraux. Si la critique des magouilles financières est bien présente, la réalisation est bien trop lisse pour qu’on les prennent au sérieux et au final, on oublie complètement le fond sur lequel repose l’histoire.